Quitter la sécurité sociale française + la retraite par répartition (Partie 1 / X )

Publié le Mis à jour le

J’aurais pu intituler ce premier article de cette catégorie « Quitter l’URSS et la pyramide de Ponzi », mais j’ai préféré resté soft.

Dans cette section, je prévois un peu à la manière de Laurent (dont le site est ici : http://jequittelasecu.blogspot.fr/ ) de vous conter le parcours ou le chemin de croix que je suis afin de recouvrer la liberté d’assurer ma santé ou je le souhaite ainsi que de me constituer une véritable retraite que je pourrais éventuellement léguer à mes enfants.

Alors avant d’aller plus loin petite explication sur les raisons qui m’amène ainsi que tant d’autres à quitter ce système communo-collectivo-nationalo-socialiste.

Pourquoi la sécurité sociale française est obsolète ?

Bien que bercé depuis la plus tendre enfance à coup de « la Sécurité sociale est un acquis » ou « la Sécurité sociale est le meilleur système de santé au monde » ou même encore « certains se sont battus pour l’obtenir », il faut à un moment regarder les choses en face.

La Sécurité sociale n’est plus financièrement viable.

Ce système n’est clairement pas ou plus viable financièrement. On le voit par le montant de sa dette qui ne cesse d’augmenter depuis toujours. Du fait qu’il faut bien boucher le trou de la sécu (cette phrase-là, je l’entends depuis mon enfance) on augmente toujours plus les charges sociales sur les salaires (puisque c’est de là que viennent les ressources de l’hydre) et donc de fait les entreprises embauchent moins, car le coût d’un salarié devient trop cher.
Donc comme les entreprises embauchent moins le trou grossi donc on augmente encore les cotisations et puis on baisse aussi les remboursements. Bref, vous l’avez compris, nous sommes dans un cercle vicieux. Hors la seule solution pour sortir d’un cercle vicieux est de clairement briser le cercle. Et il faut le faire avant de plomber le pays sur les 3 générations à venir. Merde, pensons à nos enfants, le fruit de leur travail futur ne peut pas être destiné à rembourser la gabegie actuelle !

La Sécurité sociale est une assurance santé en situation de monopole.

La Sécurité sociale comme on la connaît détient le monopole de l’assurance santé. Ou plutôt elle le détenait, mais nous y reviendrons par la suite. Bref comme toute entreprise en situation de monopole, elle n’éprouve aucun besoin de se moderniser, de réfléchir à ses pratiques ou d’adapter ses tarifs. Non, elle s’en fout; elle est seule sur son créneau et en cas de besoin elle peut augmenter ses tarifs sans possibilités pour vous de résilier votre contrat virtuel qui vous lie à elle.
En brisant ce monopole la Sécurité sociale n’aura d’autres choix que de se reformer ou de mourir. Les sociétés d’assurance proposeront des contrats plus intéressants pour vous et vous pourrez choisir librement l’étendue de vos garanties. Pour information, aujourd’hui je suis assuré pour ma santé auprès d’une société anglaise qui me coûte 350€ par mois tout en incluant des prestations dignes d’une mutuelle. Mais j’y reviendrais.

La sécurité sociale coûte chère, trop chère.

Du fait du dernier point la Sécurité sociale est chère, très très chère pour un service rendu très maigre. Aujourd’hui si vous gagnez le SMIC soit 1180€ net, vous payez chaque mois à la Sécurité sociale 600€ pour assurer votre santé. Pour ceux qui n’y croient pas, regardez votre fiche de paie, mais ne faites pas la bêtise de considérer que la colonne faussement intitulée « charges patronales » ne vous concerne pas. Tout ce qui apparaît sur cette fiche de paie est payé pour vous que ce soit en charge salariale ou patronale. Ces sommes (ainsi que d ‘autres) amputent votre vrai salaire qui devrait être au moins 30 % plus élevés.

En résumé.

La Sécurité sociale est chère, car elle est en situation de monopole, elle ne rembourse plus grand-chose, car elle est endettée et doit réduire ses dépenses et elle ne se reformera pas tant que des concurrents n’émergeront pas. Du fait de son prix exorbitant, elle ampute le revenu des salariés qui y perdent en pouvoir d’achat.

Voici, autant de raisons qui font qu’aujourd’hui j’ai quitté la Sécurité sociale pour m’assurer dans le privé où je paye uniquement pour mon « risque santé » sans que mon revenu ou mon voisin n’ait rien à voir la dedans.

J’arrête cet article ici sans avoir parlé de la caisse de retraite que j’ai également quittée ni de comment concrètement quitter la Sécurité sociale. Tout cela fera partie d’articles ultérieurs.

3 réflexions au sujet de « Quitter la sécurité sociale française + la retraite par répartition (Partie 1 / X ) »

    Ginie a dit:
    24 juin 2014 à 10 h 59 min

    Je suis infirmière en psychiatrie en zone frontière avec la suisse et je suis tous les jours confrontés au problème de prise en charge de jours d’hospitalisation en psychiatrie.peut être n’êtes vous pas au courant mais la plupart des pathologies traités en psychiatrie sont chroniques et donc oblige une prise ne charge régulière. La sécurité sociale permet une prise ne chrage adaptée sans limite de temps tandis que la plupart des assurances privées des frontaliers ne leur accorde que 30 à 90 jours par ans selon les assureurs et donc oblige les patients à interrompre leur soin et la rechute est inévitable dans ses pathologies. alors quiter la sécurité sociale quand on a pas de problèmes de santé grave , votre article peut convenir mais je ne vous souhaite pas d’avoir de pathologie chronique dans votre vie mais malheureusement on ne choisit pas!….. à méditer.

      christophe1500 a répondu:
      24 juin 2014 à 12 h 07 min

      @virginie
      Dans le cadre d’une assurance nous signons un contrat. Ce contrat comprend certaines clauses que nous sommes libres d’accepter ou pas. Un peu de la même manière que quand j’assure ma voiture je choisis les options (au tiers, bris de glace, franchise etc…).
      C’est le principe même d’une assurance.

      Si aujourd’hui les assureurs bloquent sur des soins (rares mais couteux) nécessitant plus de 3 mois d’hospitalisation par an c’est certainement parce qu’ils savent que l’état s’en occupera comme c’est d’ailleurs le cas.
      Dans le cas ou l’état se désengagerait de l’assurance santé les assureurs prendraient évidement en charge ce genre de pathologie.
      Je pense même qu’ils trouveraient des solutions moins couteuses pour tous car il y aurait un intérêt à cela (concurrence entre entreprise).

      Dans le cas de la sécu française actuelle vu qu’elle bénéficie d’argent gratuit sans limite et ne recherche ni optimisation des soins ni optimisation de leur cout.

    MULLER Eric a dit:
    24 juin 2014 à 13 h 08 min

    Excellente initiative… qui sera on l’espère très suivi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s