Entreprise et « entreprise », Patron et « patron »

Publié le Mis à jour le

desinformationEntreprise et « entreprise », Patron et « patron » ou comment prendre les citoyens pour des pommes. Voici, le vrai sujet de cet article. En effet, j’en ai marre d’entendre ces médias nous bassiner avec ces entreprises qui délocalisent, ces patrons qui se gavent à coups de parachutes dorés et de stock-options, bref ce pseudo capitalisme et cette mondialisation qui en fait n’existe pas plus que cela. Tout cela c’est de la désinformation organisée pour faire voter socialo et/ou faire pleurer dans les chaumières.

 


Alors, je stop tout de suite les contradicteurs sur le fait qu’il y a aujourd’hui X chômeurs, X rmiste, X personnes sous le seuil de pauvreté. C’est vrai et je ne le nie pas, mais ces personnes sont dans cette situation parce qu’elles sont utiles à « l’état » sous cette forme, c’est-à-dire en étant dépendantes de celui-ci. Ils sont, et j’en suis désolé, fabriqués par un état qui en les mettant en situation de dépendance leur enlève leur liberté. Je reviendrais là-dessus dans un autre article plus tard, car cela en mérite un à part entière.

Aujourd’hui il y a Entreprise et entreprise

Aujourd’hui il y a plusieurs types d’entreprises. Toutes ne sont pas des monstres avides de bénéfices rapatriés dans les iles Caïmans et loin de là. En fait, la plupart des entreprises françaises sont bien connues de tous et vous les côtoyez tous les jours. Il s’agit de votre boucher, votre médecin, du petit libraire en bas de la rue, de votre épicier, de votre coiffeur, etc…. Tous ces gens sont à la tête d’entreprises qui n’emploient qu’eux-mêmes ainsi que quelques salariés quand ils le peuvent (bien souvent leur conjointe). Ces gens-là ne roulent pas en Ferrari n’ont pas de parachutes dorés ni de stock-options et leurs entreprises ne sont en aucun cas délocalisable à l’étranger. Et même pire ils n’ont pas de congés payés, pas de chômage en cas de liquidation, 30 jours de carence en cas de maladie, une retraite qui fait passer un fonctionnaire pour un grand bourgeois et une maison qui sera saisie en cas de trop gros problèmes.

Il y a également ces petites PME qui en général étaient de toutes petites entreprises et qui se sont développées petit à petit jusqu’à détenir une véritable expertise dans leur secteur technologique et/ou géographique. Leurs patrons gagnent certainement un peu mieux leur vie (4000€ par mois selon les statistiques) mais cela n’en fait pas des millionnaires et si la conjoncture se retourne, ce sera RSA + APL sans chômage comme les autres.
Et puis il y a ces mastodontes. Ces entreprises engrangeant des milliards de chiffres d’affaires (le plus souvent fondés sur des monopoles attribués par l’État comme les licences de téléphonie, l’attribution de chaîne télévision, l’eau, l’électricité, etc… ) cotés au CAC 40 et qui effectivement ont souvent des pratiques contestables au niveau humain. Leurs activités sont évidemment délocalisables au possible et elles ne s’en privent pas. Et quand on ne peut délocaliser les salariés et bien, on délocalise les bénéfices via des savants schémas financiers soigneusement entretenus par nos élus qui de toute façon profitent des mêmes circuits à titre personnel avant, pendant et/ou après leurs mandats. Bref ce sont des voyous, on peut le dire.

Le problème, c’est qu’aujourd’hui on assimile toutes les entreprises à cette dernière catégorie. C’est franchement embêtant et démoralisant de voir des gens mal informés au point d’assimiler leur libraire ou coiffeur au patron de L’Oréal ou Nestlé. C’est franchement énervant de voir ces politiques et syndicalistes profiter de cette ignorance pour en abuser électoralement. Car aujourd’hui un patron reste assimilé à un nanti par l’imaginaire collectif.

Aujourd’hui, il y a Patron et patron.

Hors hors comme dit au-dessus un entrepreneur gagne en moyenne 4000€ par mois. On est loin du salaire de ceux qu’on appelle des patrons dans les médias, mais qui ne sont en fait que des « super-salariés ». Non, le PDG de L’Oréal (je ne l aime pas celui-là) n’est pas un patron, celui de Renault ou de Peugeot non plus et encore moins celui d’ELF. Tous ces gens-là sont des énarques nommés par leurs copains pour diriger des entreprises qui sont de faits « incoulables », car elles bénéficient d’un « pseudo monopole » que l’état leur a attribué ou qu’elles se sont constituées en rachetant leur concurrent.

Ces « super salariés » n’ont jamais déposés les statuts d’une société n’ont pris aucun risque personnel et se contentent de vivre aux crochets de monopoles légaux avec des émoluments qui sont inversement proportionnels à leur résultat dans la plupart des cas.

Non, les vrais patrons, vous les connaissez, vous les croisez tous les jours. Ils sont à votre contact quotidiennement. Vous les croisez quand vous amenez vos enfants à l’école, quand vous allez au restaurant ou en vacances, quand vous apportez votre voiture au garage. Ils sont comme vous avec une masse de soucis en plus. Vous les distinguerez avec des grosses cernes sous les yeux et un air fatigué. Mais attention ! Prononcez les mots URSAFF ou RSI et ils se réveillent aussitôt, prêt à bondir !
Bref, ces patrons, ce sont ceux qui tiennent le haut du discours des programmes de nos chers politiciens et syndicalistes et cela tous bords confondus. Car de mèche avec les médias, ils savent que vous ne les aimez pas et tirent à boulets rouges sur eux. Et ça marche ! Du front de gauche au FN, tous ces partis socialistes (car ils le sont tous) jouent leurs élections et donc leurs petits avantages depuis longtemps là-dessus. De Sarkozy avec son Florange à Hollande avec son « mon ennemi est la finance » en passant Mélenchon ainsi que tous les autres. Tous montrent du doigt ces fameux « patrons »… et les imbéciles regardent….

Ils regardent ailleurs et pendant ce temps, ils ne voient pas ces centaines d’entreprises qui ferment chaque jour. Chacune d’entre elles aurait pu grossir et embaucher, mais elles ne le feront pas. C’est bien dommage. Et si les entreprises n’embauchent pas qui le fera ? L’état en créant encore plus de poste de fonctionnaires ?
Faisons cesser cet amalgame qui pèse sur les entrepreneurs et leurs entreprises, ce sera déjà un grand pas en avant.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s