Un fonctionnaire coute 3,5 millions d’euros !

Publié le Mis à jour le

euros2Sous ce titre peu aguicheur, j’en conviens, certains s’attendront certainement à une lapidation des fonctionnaires dans un flot de caillasses, mais il n’en est rien. En fait, il s’agit juste de réfléchir au fonctionnement de l’État et d’expliquer un peu d’où vient ce sentiment de bureaucratie, de lenteur et évidemment de surcoût énorme pour la société.

Tout d’abord concernant, le coût de notre fonctionnaire, je n’ai pas tiré ce chiffre de mon chapeau. En cherchant un peu sur les sites Internet officiels et officieux, vous tomberez à peu de chose près sur les mêmes chiffres. Sur ces 3,5 millions d’euros sont compris les salaires et charges du fonctionnaire tout au long de sa vie et, bien entendu, sa retraite. Cette somme est évidemment à étaler dans le temps sur toute la durée de vie dudit fonctionnaire.

 

La réflexion autour du coût du recrutement d’un fonctionnaire n’a pas pour objet de revenir sur leur rémunération.

Non, ici je voudrais parler du pouvoir que nous octroyons à nos élus d’engager des dépenses qui sont pharaoniques et qui vont perdurer pendant pas loin de 60 ans. Car quand aujourd’hui notre président décide d’embaucher 60.000 fonctionnaires dans l’éducation nationale par exemple ; il engage en fait l’état pour une durée de 60 ans et pour une somme de 210 milliards d’euros.

 

N’est-ce pas trop de pouvoir pour quelqu’un élu pour 5 ans que d’engager des dépenses sur 60 ans ?

 

Cela signifie que la politique d’embauche élaborée aujourd’hui par un homme au cours de son mandat va infléchir sur les 12 prochains mandats à venir. Sans compter que les prochains mandats verront leurs élus embaucher eux-mêmes d’autre fonctionnaire dans d’autres domaines pour marquer leur pseudo-differences politique. Ceux-ci viendront s’ajouter à la masse de fonctionnaire déjà présent et continueront à entretenir le marasme économique que nous subissons.

Et avec ce verrouillage lié à la sacro-sainte « sécurité de l’emploi », on est bloqué pour au minimum 60 ans.

Il faut absolument revenir à un système d’embauche équitable où l’état pourrait se séparer de ses employés devenus inutiles dans un secteur ou dans un autre. Cela permettrait également à un président de ne pas subir la politique des 12 présidents qui l’ont précédé avant lui.

Bon, je cours me cacher, car un commando CFDT/CGT tente de pénétrer chez moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s